Still Got The Blues

johnny winter concert

JOHNNY WINTER + Egdar Winter + Robben Ford + Johnny Gallagher @ Olympia Paris, 7 avril 2013

Début mars la triste nouvelle du décès d’Alvin Lee nous tombait dessus. Il devait se produire le même soir sur la scène de l’Olympia comme ils l’avaient déjà fait en 1983 au Palladium à New York. Johnny Winter s’est donc entouré d’invités très spéciaux, son frère Edgar Winter, Tommy Emmanuel, Johnny Gallagher et Robben Ford, qui se produisait au Café de la Danse à guichet fermé la veille. L’âme d’Alvin Lee a veillé sur nous le temps de cette soirée 100% blues et rock’n’roll. Mais reprenons la soirée dans son ordre chronologique.

johnny gallagher 04

tommy emmanuel 06

Etant arrivés en retard, nous avons loupé le passage de Tommy Emmanuel, mais nous avons les photos à l’appui ! Nous arrivons à temps pour voir arriver Johnny Gallagher sur scène. Ce charismatique irlandais a mis l’ambiance dans la salle avec son mélange de blues et rock plus agressif pendant une heure. En mettant à contribution les talents de chant du public, Johnny Gallagher a gagné les faveurs de l’Olympia qui affichait complet. Il nous a interprété une belle version de Hey Joe à la fin de laquelle il a chanté dans le micro accroché à sa guitare tout en continuant de jouer.

johnny gallagher

Johnny Gallagher

Johnny Gallagher a osé boire du vin rouge à la bouteille. Il fallait oser devant un public français ! Belle découverte pour ce musicien que nous connaissions mal. Pendant la pause, les organisateurs ont eu la bonne idée de faire jouer Manu Lanvin & the Blue Devils dans le hall d’entrée pour faire patienter le public.

johnny winter paris concert 001

Arrive enfin le moment tant attendu. Les musiciens accompagnant Johnny Winter prennent place en compagnie de Edgar Winter qui prend la place de leader le temps d’une chanson. Etant relégué derrière son frère tout au long du concert, ce court moment lui aura permis de montrer de quoi il était capable. Edgar Winter est un brillant joueur de claviers et saxophone.

robben ford et johnny winter

Robben Ford rejoint le groupe sur scène à trois reprises. Nous aurions volontiers voulu entendre davantage de solos. Quel guitariste ! Johnny Winter est enfin prêt et rejoins la scène, non sans mal, à cause de problèmes d’arthrose. Il joue donc assis au-devant de la scène, ce qui rend difficile la communication avec les musiciens. Mais il gère la situation de manière parfaite. Tommy Curiale (batterie) tape ses fûts comme s’il jouait du hard-rock. Impressionnant pour un concert de blues.

johnny winter paris concert 03

Johnny Winter démarre sur le classique de Chuck Berry Johnny B Goode, suivi de Good Morning Little Scool Girl. Malgré quelques problèmes de son, et ce principalement pour Edgar Winter dont on a eu du mal à entendre le saxophone, nous avons pris plaisir à voir tous ces musiciens ensemble sur une même scène. La setlist était principalement composée de reprises, ce que Johnny Winter est habitué à faire depuis ses débuts. Johnny Winter a rendu un gros hommage aux Rolling Stones avec sa reprise accélérée de Jumping Jack Flash. Le concert s’est terminé sur Dust My Broom, un classique écrit par Robert Johnson et Highway 61 de Bob Dylan, tous deux joués à la slide guitar.

johnny winter concert 001

Un très beau concert de blues, même si l’absence de Alvin Lee est passée dans la tête de plus d’un spectateur. Johnny Winter, dont le jeu de guitare s’est légèrement détérioré pour des raisons de santé, reste un guitariste hors norme qu’on prend plaisir à entendre jouer.  Et puis il a quand même joué au festival de Woodstock !

Photos JOHNNY WINTER + Egdar Winter + Robben Ford + Johnny Gallagher + Tommy Emmanuel @ Olympia Paris, 7 avril 2013

 

Posted on by Thorsten in en concert, pop, rock, rock/pop

Still Got The Blues

  1. Alex

    « Johnny Winter, dont le jeu de guitare s’est légèrement détérioré » ?
    C’est un euphémisme ! C’est carrément la cata, et ce n’est pas la peine de prendre des gants pour le dire. Quand on ne peut plus jouer (pour raison de santé ou pas), on doit s’arrêter.
    Les dernières prestations de Johnny sont indignes du grand bluesman qu’il a été (concert catastrophique à Guyancourt, l’automne dernier).

Repondre