Interview : Hansi Kursch (Demons & Wizards)

15 ans se sont écoulés depuis la sortie de Touched by the Crimson King, le deuxième album de Demons & Wizards. Ce projet, initié par Hansi Kürsch (Blind Guardian) et Jon Schaffer (Iced Earth), est de retour avec son nouvel opus III. Un retour inespéré de cette collaboration légendaire dans l’histoire du heavy metal. Hansi Kürsch nous a accordé une interview dans un hôtel parisien quelques semaines avant le début du confinement.

15 années se sont écoulées depuis la sortie de votre précédent album. Quand avez-vous décidé de travailler sur un nouvel album ensemble ?

Hansi Kürsch : Après la sortie de Touched By The Crimson King, nous nous sommes consacrés à nos groupes respectifs. Nos chemins se sont souvent croisés depuis. Mais nos agendas ne nous ont pas permis de collaborer plus tôt. Il faut compter entre 8 et 12 mois pour finaliser un album. La première fois que nous avons mentionné de travailler sur cet album, c’était en 2010.  Ça en dit long sur la genèse de cet album. Mais il n’a jamais été question d’abandonner le projet. Il a juste été extrêmement difficile de faire concorder nos disponibilités. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous n’avons pas été en mesure de donner de concerts pour promouvoir notre précédent album.

Vous avez donné plusieurs concerts en 2019, bien avant la sortie de III. Pour quelle(s) raison(s) ?

Hansi Kürsch : Nous n’avions pas prévu de donner de concerts à ce moment-là. Nous pensions composer l’album début 2019, puis de passer à son enregistrement dans la foulée. En revanche, ce timing ne nous permettait pas de participer aux festivals d’été 2019. Il s’avère que plusieurs organisateurs de festivals nous ont tout de même contactés. Nous avons trouvé l’idée intéressante, car cela a permis de remettre le projet en avant et de conquérir un nouveau public. Cette série de concerts a donc retardé la sortie de l’album. Maintenant, il est de nouveau temps de nous consacrer à nos groupes respectifs.

Dans le communiqué de presse, tu déclares que cet album représente le point culminant de votre carrière…

Hansi Kürsch : Petite précision, cette déclaration s’applique aux albums de Demons & Wizards. Mais je classerais tout de même cet album en haut du palmarès, aux côtés de certains albums de Blind Guardian. On ne sort pas des albums de cette trempe souvent. De plus, il se démarque des deux premiers albums de Demons & Wizards. Les morceaux qui le composent sont tous de qualité supérieure.

Voilà 15 ans que vous n’avez pas collaboré. Quel(s) effet(s) toutes ces années ont-elles eu sur cette troisième collaboration ?

Hansi Kürsch : Tout d’abord, nous étions hyper-motivés à l’idée de retravailler ensemble. Le courant est passé directement, ce qui a accéléré le processus de composition. Jon a fourni la structure de base des morceaux, auxquels j’ai rajouté les lignes de chant ainsi que les textes. Ces quinze années ne se sont pas faites ressentir. Bien évidemment, nous avons évolué musicalement chacun de notre côté. On compose davantage avec confiance et inspiration.

Le morceau Diabolic est le premier extrait de l’album. Que peux-tu me dire à son sujet ?

Hansi Kürsch : Il s’agit du dernier morceau que nous avons composé pour l’album. Il a été conçu pour ouvrir l’album. Il nous semblait important que le morceau ne renie pas notre passé et intègre les caractéristiques qui démarquent Demons & Wizards de nos groupes respectifs. Ce morceau est l’un des plus sombres de notre répertoire. Il s’agit là d’une suite au morceau Heaven Denies, issu de notre premier album. Nous sommes fiers que ce morceau symbolise le retour de Demons & Wizards.

Quels sont les projets pour 2020 ?

Hansi Kürsch : Une fois que nous aurons terminé la promotion pour la sortie de l’album, nous allons nous consacrer à nos groupes respectifs. Aussi, le nouvel album de Blind Guardian devrait être dans les bacs en début d’année prochaine. En ce qui concerne Demons & Wizards, nous n’avons pas prévu de nous produire sur scène.

Pour finir, j’ai été surpris de voir Supertramp et Dire Straits dans la liste de tes albums favoris…

Hansi Kürsch : Je suis un enfant des années 70 et j’ai grandi avec le son du « classic rock » ! Ce qui m’a amené au punk puis au heavy metal. Même si j’ai fait carrière dans le milieu du metal, je suis toujours resté attaché à ces deux groupes. D’autres groupes de cette époque, comme Queen, nous ont énormément influencés, tant au niveau des orchestrations que des chœurs. Je n’ai jamais cessé d’élargir mon horizon musical. J’écoute de tout !

Propos recueillis par Thorsten Wollek

Posted on by Thorsten in Interview, metal

Repondre

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience d’utilisateur et vous offrir des contenus personnalisés.