Interview : David Crosby n’a pas dit son dernier mot

Chanteur et fondateur du groupe légendaire Crosby, Stills, Nash & Young, David Crosby se montre plus productif que jamais. « Sky Trails », son dernier album est paru fin 2017. Ce troisième album en quatre ans prouve que l’artiste âgé de 76 ans n’a pas dit son dernier mot. Nous avons pu échanger avec lui quelques minutes par téléphone pour parler notamment de sa tournée européenne, pendant laquelle il se produira à  l’Olympia le 9 septembre prochain, avec ses nouvelles compositions ainsi que quelques pépites de son passé. 

« Sky Trails » est le troisième album solo qu’il publie en quatre ans. Afin d’expliquer cette renaissance, David Crosby avoue ne plus avoir été satisfait de sa collaboration au sein de CSN (Crosby, Stills & Nash) après avoir retrouvé ses acolytes à l’occasion d’une tournée en 2015. Je ne voyais pas l’intérêt de poursuivre avec CSN, alors que les relations commençaient à se dégrader au sein du groupe. D’autant plus que je travaillais sur plusieurs morceaux à cette époque. Mais c’est ma rencontre avec de très talentueux musiciens, dont mon fils James Raymond, qui m’a convaincue de poursuivre ma carrière en solo.

David Crosby ne tarit pas d’éloges à propos de son fils qu’il avait fait adopter dès sa naissance en 1962. Les retrouvailles ont eu lieu dans les années 90. Musicien accompli, James Raymond a visiblement hérité du talent de son père biologique. Puis j’ai rencontré Becca Stevens, Michelle Willis et Michael League, un musicien et compositeur hors pair issu du groupe Snarky Puppy, nous raconte David Crosby. Nous avons commencé à écrire des morceaux ensemble. Ils ont ouvert mon spectre musical et m’ont permis d’emprunter de nouveaux chemins.

Alors qu’il s’agit d’un album de compositions originales, David Crosby reprend tout de même « Amela », un titre de son amie intime Joni Mitchell. Cela faisait des années que j’avais envie de l’enregistrer. Mais je n’osais pas me frotter à la version originale. J’ai fini par ne plus pouvoir résister, détaille l’artiste. Une autre pépite sur l’album, « Before Tomorrow Falls On Love » co-écrite avec Michael McDonald du groupe The Doobie Bothers, ne peut laisser indifférent.

James Raymond (claviers) accompagne son père sur la tournée qui promeut « Sky Trails ». Je serai également accompagné par les musiciens de mon groupe CPR (Crosby, Pevar & Raymond), soit Jeff Pevar à la guitare, ainsi que Steve DiStanislao à la batterie avec qui j’ai collaboré dans le passé au sein de Stills, Nash & Young. Sans oublier deux magnifiques artistes, Michelle Willis (chant et claviers) et Mai Leisz à la basse, une jeune très talentueuse musicienne qui vient d’Estonie. Alors que la setlist change à chaque concert, David Crosby ne se lasse pas d’interpréter quelques classiques de Crosby, Stills, Nash & Young, uniquement celles que j’ai composées, comme il aime à le rappeler.

Mais l’artiste est tout de même tourné vers l’avenir, avouant déjà travailler sur son prochain album qui sera composé du même groupe de musiciens que son opus « Lighthouse », sorti en 2016. Je n’aurais jamais pensé être aussi actif à cette étape de ma vie. Malheureusement les albums ne permettent plus de vivre de la musique. Mais je continue tout de même car c’est ma raison d’être.

Après avoir sorti deux autobiographies, en 1988 puis en 2006, David Crosby annonce également travailler sur un nouveau livre. Celui-ci sera moins autobiographique et traitera de l’état actuel des Etats-Unis, notamment en matière de politique.  Alors que notre entretien touche à sa fin, nous demandons à David Crosby de résumer sa carrière en un mot. « Imprévue« , nous répond-il en riant après avoir réfléchi un court instant.

Propos recueillis par Thorsten Wollek

Posted on by Rocknconcert in Interview

Repondre