« Bohemian Rhapsody », le biopic sur Freedie Mercury : un film a voir AB-SO-LU-MENT

Rami Malek dans "Bohemian Rhapsody", biopic sur Freddie Mercury

« Bohemian Rhapsody », le biopic sur Freddie Mercury avec l’excellent Rami Malek, débarque sur nos écrans. Un film émouvant qui nous plonge dans la vie tumultueuse du chanteur de Queen et qui nous permet d’en apprendre davantage sur l’artiste et l’homme qu’il était.

On l’attendait avec impatience, ce biopic sur Freddie Mercury, après tous les rebondissements que sa production et sa réalisation ont connu. ça y est, il arrive enfin en salles ce mercredi 31 octobre 2018, et on n’est pas déçu du résultat.

Le film n’est pas encore commencé qu’on est déjà dans l’ambiance : le générique de 20th Century Fox, le distributeur du long-métrage, a été spécialement réorchestré (en version plus rock, forcémment) par Brian May.

« Bohemian Rhapsody » débute en 1985. Freddie Mercury se prépare pour aller chanter à Wembley.
Et puis, flashback. On revient au tout début des années 70, lorsque Freddie est encore bagagiste. On assiste à sa rencontre avec les autres membres du groupe, la naissance de Queen. De la façon dont le film présente la chose, on a l’impression qu’une fois son premier disque enregistré, l’ascension du groupe est fulgurante.

Le film nous plonge également dans les coulisses de l’enregistrement de l’album « A Night at the Opera  » et notamment le mythique « Bohemian Rhapsody » et ses séances épiques de prises de voix avec un Freddie Mercury très exigeant.

On découvre aussi les coulisses de la naissance de « We Will Rock You », et « Another One bites the dust », du pain béni pour les fans du groupe.

Mais, en regardant « Bohemian Rhaspody » on se rend surtout compte que le très talentueux Freddie Mercury a subi diverses discriminations au cours de sa vie (à cause de ses origines, de son physique, de sa sexualité…) dont il a beaucoup souffert et qu’il était au final très esseulé, entouré de certains vautours qui ne lui voulaient pas que du bien.

Le film passe quand même assez rapidement sur le coming out de Freddie, ses envies de carrière solo, sa maladie, bien que ses éléments soient tout de mêmes traités.

Ce biopic a été réalisé avec beaucoup d’émotions : il  y a plusieurs séquences où on rit des phrases que peuvent balancer les membres de Queen, mais on pleure aussi face au mal-être et à la solitude de Freddie Mercury, qui doit affronter l’incompréhension de ses parents, qui est quitté par sa fiancée Mary lorsqu’il lui annonce être bisexuel…

Toutefois, si l’on devait faire un reproche à ce film, c’est qu’il s’arrête en 1985 avec le live de Queen à Wembley (considéré comme la meilleure performance scénique du groupe) avec les fameux « Hey Ho » de Freddie Mercury alors que la vie du chanteur ne s’est pas arrêtée en 1985 mais en 1991 et qu’il a continué de chanter jusqu’à sa mort.

Un film qui nous procure un grand plaisir de réécouter les plus grands tubes de Queen dont on ne se lasse jamais, pas trop long car même s’il dure 2h15 on ne s’ennuie jamais et qui nous en apprend sur Freddie Mercury.  Vous saurez notamment pourquoi il aimait chanter avec ce type particulier de micro.

 

Posted on by Laura Bruneau in news

Repondre

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience d’utilisateur et vous offrir des contenus personnalisés.