Live rock’n’roll at its best !

The Bronx + Against Me, La Maroquinerie, Paris le 1 juin 2017

La Maroquinerie a attiré ce soir la fine fleur du public quadra tatoué parisien pour une affiche punk-rock très alléchante. La terrasse est remplie d’amateurs qui apprécient une bière fraîche avant la moiteur de la salle.

The Bronx, quintette de Los Angeles assure la première partie. Le chanteur arbore un maillot du PSG et attire tous les regards tandis que le reste du groupe fait son job plus discrètement.

Against Me! arrive sur scène sur  « True trans soul rebel ». Laura Jane Grace se cache derrière sa longue chevelure qui lui colle au visage, et envoie ses riffs sur sa Rickenbacker en scandant les refrains.

Il faut savoir que les membres du groupe enregistrent également des albums de musique mariachi sous le nom de Mariachi El Bronx !  Pour l’heure, les chansons sont plutôt rapides, alternant vieux classiques et nouveaux titres comme « Glue factory »  et accompagnent le crowd surfing sur une foule qui dégouline de sueur.

On perçoit aisément que les chansons ont un surcroit  d’’âme et abordent des problématiques sociétale / politique / situations vécues / (auto) biographie ; ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la plupart des vidéos d’Against Me! visionnables sur le net sont accompagnées des lyrics …

Le bassiste semble branché sur du 220 V ; il arbore toujours sa coupe de cheveux au bol de teinte corbeau qui le fait ressembler à un mini Ramone !

 

 

Les premiers morceaux sont tirés des 2 derniers albums studios, le chef d’œuvre « Transgender dysphoria blues » sorti en 2014 et le nouvel album « Shape shift with me » qu’Against Me! défend actuellement dans les salles européennes.

Le batteur est très précis et très puissant : pas de fioritures, ça pulse ! Les morceaux récents comme « Boyfriend », « Dead rats » ou « Rebecca » pourraient rapidement rejoindre les classiques « FuckMyLife666 » ou « Cliché Guevara ».

Le groupe dégage un sentiment de maitrise et de finesse : le secret de leur (in)vulnérabilité ? Le rappel démarre par la reprise « The Best Ever Death Metal Band in Denton » des Mountain Goats, enchaine par 2 anciens titres avant de conclure par l’imparable « I was a teenage anarchist ».

Superbe soirée punk-rock, profonde et festive … je regrette qu’ils n’aient pas ajouté « White people for peace » à leur tour de chant !

Chronique : Stéphane Toutlouyan / Photos : Stéphane Burlot

Posted on by Thorsten in en concert, rock, rock/pop

Repondre