Chronique : Mike & The Mechanics a la Cigale

Voilà plus de 30 ans que Mike Rutherford, ancien bassiste et guitariste de Genesis, a décidé de repartir dans une nouvelle aventure en formant Mike + The Mechanics. Cette année, le groupe fête ses 32 ans et en profite pour promouvoir son nouvel album Let Me Fly sur les routes européennes. 

« Les mécaniciens » ont fait une halte à La Cigale à Paris. Le groupe a été chaleureusement applaudi par ses fans français, dans une salle affichant quasi-complet, leur offrant un savant mélange de ses plus gros tubes, entrecoupés par des extraits du nouvel album, non sans oublier le passage de Mike Rutherfold dans Genesis. Un spectacle qui a dépassé nos attentes !

L’arrivée de deux nouveaux chanteurs en 2011, Andrew Roachford et Tim Howar, permet à chacun d’eux d’aller au-devant de la scène à tour de rôle. Très complémentaires, tant au niveau de la voix que de la prestance, Tim Howar s’avère particulièrement charismatique. Le groupe donne le ton avec Are You Ready, un nouveau morceau sur lequel Tim Howar brille par sa prestation vocale.

Suivent plusieurs tubes, dont Get Up et Another Cup Of Coffee, qui est incontestablement l’un de leurs meilleurs titres. En introduction de ce dernier, le groupe nous explique qu’il avait nommé cette chanson « Café au lait » avant de lui trouver un titre définitif. Le ton monte avec Silent Running qui fut l’un de leurs premiers tubes en 1985. Il devient frustrant à ce stade de devoir rester assis…

Après le sympathique nouveau single The Best Is Yet To Come, vient le moment tant attendu avec Land Of Confusion, reprise du groupe Genesis, magnifiquement interprétée. Le public est aux anges. Let Me Fly, le morceau favori de Mike sur le nouvel album, chanté en toute douceur par Andrew Roachford, ne laisse pas insensible.

Ce dernier s’étant déjà fait un nom au sein du combo Roachford à la fin des années 80. Le groupe interprète le tube Cuddly Toy et en profite pour faire monter la température dans la salle. Mike prend place au centre de la scène pour jouer le riff tant connu de I Can’t Dance de Genesis. Tim et Mike s’en donnent à cœur joie en reproduisant les fameux pas.

Sur le dernier tiers de la soirée, le groupe enchaîne tube sur tube, en démarrant par le méga-tube acoustique Over My Shoulder et le très optimiste All I Need Is A Miracle. Une bonne partie des spectateurs envahit  les devants de la scène.

Word Of Mouth est prolongé d’un solo de chacun des musiciens, permettant au discret Anthony Drennan de nous offrir un magnifique solo de guitare. Ce dernier a notamment accompagné The Corrs et Genesis sur scène. Le groupe quitte la scène sous de très fortes acclamations du public visiblement conquis. Nous garderons de très bons souvenir de cette soirée !

Chronique : Thorsten Wollek

Posted on by Thorsten in en concert

Repondre