U2 en toute intimite : vivez l’experience

u2_vancouver4_photoKevinMazur

U2 Innocence & Experience Tour, Accor Hotels Arena, le 10 novembre 2015

Nous avons assisté à la première date de U2 sur une série de quatre concerts donnés à Paris. Le groupe inaugurait à cette occasion la salle de Bercy, qui s’est fait peau neuve et arbore dorénavant le nom d’Accord Hotels Arena. Cinq années ont passé depuis leur mémorable date au Stade de France dans le cadre de leur 360° Tour. Plaçant la barre très haute, nous étions impatients de découvrir ce que nous réservaient cette fois-ci nos quatre dublinois. Appelée « Innocence & Experience Tour », la tournée ne passe que par des salles à taille plus humaine. A la fois, U2 offre sa tournée la plus visuelle et millimétrée. Les attentes étaient à la hauteur de nos attentes.

IMG_2373

La capacité de la salle ayant été agrandie, pas moins de 20 000 personnes attendent de pied levé l’arrivée de U2. Nous découvrons un écran géant séparant la fosse en deux. Une plateforme, partant de la scène principale, traverse la fosse jusqu’à l’autre bout de la salle. Preuve étant que le concept 360° de la précédente tournée à bien plu au groupe. Peu après 20h30, les lumières de la salle encore allumées, Bono fait son apparition à l’opposé de la scène. Il rejoint cette dernière en entonnant les premières notes de The Miracle (of Joey Ramone) reprises avec énergie par la foule. Présentée comme le premier single par Bono, I Will Follow met le feu aux poudres. Toute la salle est debout et le restera jusqu’à la fin du concert.

IMG_2291

« On a toujours été à la maison en France, on a toujours été à la maison à Paris » proclame Bono en français sous les acclamations du public. Comme l’a été pensé le dernier album du groupe Songs Of Innocence, les morceaux et la mise en scène qui suivent sont à aborder comme un journal intime. Bono revient sur son adolescence et en profite pour rendre hommage à sa mère avec Iris. L’écran central s’illumine. Bono s’embarque sur la passerelle positionnée à l’intérieur des écrans lui permettant de se balader dans les rues de son enfance sur Cedarwood Road. Le groupe offre une version brute de Sunday Bloody Sunday, Larry Mullen jouant sur un simple tambour.

IMG_2239

Toujours autant engagé, U2 se sert de l’écran pour afficher des messages et rendre hommage aux victimes au conflit nord-irlandais de 1974 : « Justice pour tous les oubliés ». L’écran se pose sur la scène, représentant le mur de Berlin et coupant la salle en deux. Roger Waters n’a qu’à bien se tenir ! Les quatre membres du groupe prennent place au sein de la structure sur Invisible, l’un des derniers single du groupe qui ne figure pas sur l’album. Suivent deux titres de l’album Achtung Baby (enregistré à Berlin), l’un de leurs meilleurs albums. Bono invite une spectatrice du nom de Brigitte à danser avec lui sur le titre Mysterious Ways sous des boules à facette. Un moment qui donne le sourire au public.

Bullet The Blue Sky, à l’attaque brutale, revoit le groupe prendre possession de la scène principale. Des images du conflit en Syrie défilent tout au long du morceau. U2 enchaîne trois de ses plus gros, tubes, Where The Streets Have No Name, Pride (In The Name Of Love) et With Or Without You, avant de se retirer de scène avant les rappels. Offrant surprise sur surprise, de nombreux néons font leur apparition sur scène. City of Blinding lights, prend toute sa signification et rend hommage à la ville de Paris. Des images de Paris défilent sur les écrans. Comme le dit Bono, le groupe se sent chez lui à Paris. Bono est fier de nous annoncer que les membres du groupe ont été faits Citoyens d’honneurs de la ville par Anne Hidalgo le même jour. One, qui voit Bono au public les soins de chanter, clôt le concert d’une durée de 2h15. Les concerts du 10 et 11 sont filmés pour une future retransmission sur la chaîne américaine HBO.

IMG_2447

Avec en son sein toujours les membres d’origine, fait assez rare dans l’histoire du rock, U2 offre l’une de ses tournées les plus visuelles tout en gardant un esprit intimiste. Pour la première fois depuis 2001, le groupe boude les stades pour se rendre dans des salles à taille plus humaine au grand bonheur des fans. Fiers et fidèles à leurs origines, les irlandais peuvent tout autant l’être car U2 est incontestablement l’un des plus grands groupes de rock de l’histoire du rock. Les débâcles liées à la mise à disposition gratuite de leur dernier album sur iTunes semblent oubliés. Un très bon concert, même si U2 a donné son set le plus court depuis le début de la tournée.

Chronique : Thorsten Wollek

Posted on by Thorsten in en concert, pop, rock, rock/pop

3 Reponses pour U2 en toute intimite : vivez l’experience

  1. Pingback: U2, photographié par Julian Lennon, s’expose à Paris

  2. Pingback: « U2 Revolution », un livre très complet sur le groupe irlandais

  3. Pingback: :: photos et critiques de concert sur rocknconcert.com

Repondre