James Bay dans la cour des grands a l’Olympia

_DSC9284

Un souffle de douceur rock’n folk s’est répandu aux abords de l’Olympia en cette fraîche soirée de début novembre. Quelque mois après son show case au Trabendo, le jeune James Bay est venu conquérir la capitale ! Pari réussi dans un Olympia définitivement sous le charme.

_DSC9212

Le public est nombreux ce soir à l’Olympia. Beaucoup de jeunes femmes trépignent dans l’attente de leur nouvelle idole ; de nombreux anglais venus écouter leur poulain. Découvert fin 2014, grand vainqueur du Critics’ Choice Award, James Bay est la nouvelle coqueluche de la scène Folk européenne. Sa recette : guitare et voix, ballades folk et morceaux rock. Après un été rempli de festivals, il nous revient pour un concert unique et il est très attendu.

Enfin, l’Olympia s’éteint. Le public se divise en deux groupes : ceux qui retiennent leur souffle et ceux qui hurlent d’impatience. La lumière se rallume et l’homme au chapeau trône au milieu de la scène, accompagné de ses musiciens. Le show commence avec une intro survitaminée et Craving. Il n’en faut pas plus pour déchaîner les foules !

_DSC9195

Les versions live sont plus énergiques que sur l’album Chaos and the Calm. Même les ballades se teintent d’accents Rock’n Roll. Il faut dire qu’il y ajoute joyeusement des petits solos de guitare. Scars en est la meilleure preuve. Elle débute toute en douceur, accompagnée par le public et monte doucement pour devenir bien plus enlevée.

James Bay a un super-pouvoir surprenant, celui de nous ramener à nos 16 ans ! Les filles redeviennent des adolescentes hystériques aux hormones en ébullition. Les garçons se transforment en ce gars au look curieux qui rêve de devenir une Rockstar et un grand guitariste (faisant hurler les jeunes adolescentes sus-citées). Bref, James Bay rassemble et fédère. Il faut dire qu’il fait bien le boulot. Il n’hésite pas à faire chanter, taper dans les mains. Il nous remercie régulièrement et confie que sa vie est un rêve devenu réalité. Quand on le voit sur scène, on en est convaincu, il y est à l’aise, à sa place. Il prend plaisir à être là et cela se diffuse dans la salle. Sa présence sur scène est sans appel, son public est acquis à sa cause !

_DSC1838

Sur Best Fake Smile et Get Out While You Can, James Bay balance toute son énergie. Il laisse le public gonflé à bloc, en suspens, impatient du rappel. Après une courte pause, James et ses musiciens reprennent place et entament Incomplete. James Bay nous présente ensuite une reprise très sympa de If I Ain’t Got You d’Alicia Keys. À la fin du morceau, le guitariste en lui se lâche. Pendant un long et très bon moment, il ne fait plus qu’un avec sa guitare et ses musiciens. C’est une très jolie claque rock, comme au bon vieux temps ! James Bay termine le show avec la désormais classique Hold Back the River reprise par un Olympia conquis et tout émoustillé.

James Bay a réussi son pari ! Du haut de ses 25 ans, il nous a proposé un show efficace, énergique, digne d’un grand ! Son univers, mêlant pop, rock, folk avec quelques accents jazzy, est accessible au plus grand nombre. Gageons qu’il aura une longue et jolie carrière.

_DSC9336

Chronique : Agnès Chirouze – Photos : Gilles Bazoud

Posted on by Agnès Chirouze in en concert, folk, indie, rock, rock/pop

Repondre