Interview de 21 Octayne

21 Octayne 5

Interview : Hagen Grohe (21 Octayne)

Il y a quelques semaines nous chroniquions le premier album de 21 Octayne, l’une de nos plus belles découvertes cette année. Après avoir rencontré 21 Octayne à l’occasion d’une écoute exclusive dans un hôtel parisien en février, nous avons rencontré Hagen Grohe, chanteur du groupe, afin de parler en détail de leur album Into The Open. L’interview a eu lieu pendant le match Allemagne/Portugal. Nous suivions donc ce match passionnant en parallèle, les membres 21 Octayne étant de nationalité allemande.

Nous avons adoré la session d’écoute exclusive de votre album organisée dans un grand hôtel parisien en février dernier. Qui en a eu l’idée ?

Hagen Grohe : C’est arrivé tout à fait par hasard. Notre manager en a eu l’idée l’année dernière. Cela a pris plus d’envergure que prévu, car nous ne pensions pas venir jusqu’à Paris. Nous avons démarré plus localement par des villes comme Düsseldorf et Cologne. Notre première cession d’écoute à l’étranger a eu lieu à Barcelone, car Marco avait une amie là-bas. L’objectif étant d’avoir quelques retours directs. Cela a eu un succès retentissant et a généré de plus en plus d’inscriptions. Certains fans de première heure nous ont même suivis dans plusieurs villes. Nous avons même filmé les commentaires pour les diffuser sur Facebook. On a d’ailleurs eu les félicitations de professionnels qui n’avaient pas encore connu ce concept.

La cession d’écoute ayant eu lieu dans divers pays, avez-vous pu constater des différences dans les réactions.

Hagen Grohe : Figures-toi que les gens réagissaient différemment à l’échelle locale ! Cela a d’ailleurs été très difficile à Berlin. Les gens préfèrent y écouter de la musique électro.

Je me souviens d’avoir principalement aimé le morceau Your Life. Je suppose que ce n’est pas le titre qui a généré le plus de réactions.

Hagen Grohe : Oui, en effet. Habituellement ce sont les morceaux Into The Open et Turn The World qui retiennent l’attention. On les mémorise dès la première écoute. Your Life requiert plusieurs écoutes. Il est étonnant que ce morceau ait fait partie des favoris à Paris. Il a été très instructif de récupérer toutes les opinions. Certains ont dit que notre musique leur rappelait des groupes comme Queen et Van Halen. On en est très fier !

Vous faites partie du meilleur espoir dans le domaine du rock habituellement. T’attendais-tu à un tel retour ?

Hagen Grohe : Non, nous ne pensions par démarrer par un tel succès. Les choses ont évolué si vite ces derniers mois. On fait pas moins de 35 interviews aujourd’hui, notamment avec de grands magazines spécialisés. La semaine dernière, j’ai eu un phoner avec le magazine japonais Burn Magazine. Ils ont donné la note de 8,5/10 à notre album. C’est incroyable ! Un autre miracle étant que trois de nos morceaux passent sur de grandes radios commerciales allemandes. Nous n’aurions jamais pensé que cela puisse arriver avec notre style de musique.

A quel moment avez-vous su tous les quatre que vous étiez faits pour jouer ensemble ?

Hagen Grohe : Nous en avons été conscients dès notre première rencontre. Je suis arrivé le dernier dans le groupe. Mais les trois autres membres en avaient déjà conscience avant mon arrivée. C’est comparable avec un coup de foudre musical. Nous savions que nous tenions quelque chose de spécial.

Tous les membres du groupe ont joué au sein de groupes connus. 21 Octayne a plus le profil d’un projet parallèle qu’un groupe à part entière. Quelle place réservez-vous au groupe dans vos carrières respectives ?

Hagen Grohe : Nous insistons énormément sur le fait que 21 Octayne est un groupe à part entière. Nous avons tous joué dans divers groupes, mais n’en avons créé aucun auparavant. Aussi, les groupes dans lesquels nous jouons habituellement, Axxis, Joe Perry et Rhapsody, sont issus d’autres générations. La plus grande différence d’âge étant celle entre Joe Perry et moi. Il était donc important pour nous de créer notre propre groupe pour l’avenir. On peut partir du principe que les groupes dans lesquels nous évoluons en parallèle n’existeront plus dans 30 ans.

21 Octayne 3

On est frappés par la multitude de styles abordés sur l’album. Certains passages ou solos rappellent des groupes comme Aerosmith, Queen ou encore Dream Theater. A la fois vous avez réussis à créer votre propre identité.

Hagen Grohe : Cela reste un mystère pour moi. Mais cela a contribué au fait que j’ai senti très tôt que nous étions sur le bon chemin. C’est la même chose pour les grands groupes de rock de l’époque. Il y avait la chimie et la magie nécessaires à la réussite. L’exemple type est Aerosmith. Le groupe est formé de cinq personnalités et caractères différents. Aucun d’eux n’aurait eu le même succès s’il avait rejoint un autre groupe. C’est tout à fait unique. Ainsi, nous avons eu ce même feeling en créant 21 Octayne. Au stade des démos nous étions convaincus qu’il serait difficile de mettre une étiquette sur notre style de musique. Nous avons réussi à bâtir notre propre son.

Dans le livret il est notifié « No keyboard, no samples ». Est-ce un hommage à Queen qui faisait de même sur ses premiers albums ?

Hagen Grohe : Il est évident que nous sommes influencés par Queen. Tu retrouves donc des références à Queen autant volontaires qu’involontaires sur l’album, car nous sommes tous les quatre de grands fans du groupe. L’idée d’inclure cette mention dans le livret vient de moi, car je me suis occupé de sa création. Mais je n’étais pas au courant que Queen s’était déjà servi de cette mention. J’ai voulu véhiculer l’idée que notre musique est à 100% live et que nous n’avons pas eu recours à des aides numériques. Tout ce que tu entends sur l’album a été joué par nos propres soins.

Les textes des titres Dear Friend et Into The Open permettent à l’auditeur de s’identifier.

Hagen Grohe : Cela a été très important pour moi qu’ils puissent se reconnaitre et s’identifier avec mes textes. J’ai essayé de ne pas être trop concret pour permettre une certaine interprétation dépendamment des émotions et du vécu de chacun. Je pense que c’est un aspect très important dans la musique. Cela fonctionne de la même manière en lisant un livre avant de voir son adaptation à l’écran.

Entre temps l’Allemagne marque son 4ème but !

Il faut quand même revenir sur ton passage au sein du groupe solo de Joe Perry. Comment en être arrivé là ?

Hagen Grohe : Sa femme m’a découvert tout à fait par hasard sur Youtube. Elle en a parlé à Joe Perry et lui a proposé de m’embaucher en tant que chanteur dans son groupe solo. J’ai pris le chemin des Etats-Unis seulement dix jours plus tard, après avoir échangé par mail. Nous devions uniquement faire connaissance à cette occasion. Finalement je suis resté six semaines pour enregistrer l’album dans son intégralité. Deux mois plus tard nous démarrions la tournée américaine. Nous avons bien évidemment interprétés des morceaux d’Aerosmith. Ce fut une expérience unique !

21 Octayne 4

Tu as failli devenir le chanteur de Gotthard en remplaçant de Steve Lee, suite à son décès (le 5 octobre 2010, alors que Steve Lee était sur la bande d’arrêt d’une autoroute avec sa Harley et une vingtaine d’autres motards, sa moto se fait renverser par la remorque d’un poids lourd, qui vient alors le percuter. Il meurt 20 minutes après le drame).

Hagen Grohe : L’année qui a suivi le décès de Steve Lee, j’étais en contact avec Mandy Meyer, ex-guitariste de Gotthard, dans le cadre de son projet Katmandu. Du coup j’ai mis un pied dans la scène musicale suisse. J’étais également en contact avec un promoteur qui travaillait avec Gotthard à l’époque. Il m’a dit que le groupe était à la recherche d’un nouveau chanteur. Il m’a proposé de contacter le groupe. Les membres de Gotthard m’ont envoyé une maquette de 3 morceaux afin que je chante dessus. Quelques semaines plus tard j’ai reçu le refus par mail. J’ai su plus tard qu’ils avaient envoyé cette maquette à seulement 30 artistes sur 300 candidatures. J’en suis donc assez fier. Ils tenaient également à recruter un suisse, car l’identité suisse leur importe beaucoup.

Quel est la prochaine étape pour vous ?

Hagen Grohe : Nous avons deux dates sur des festivals cet été. Nous accompagnerons également Uriah Heep en première partie sur leur tournée en Allemagne en novembre. Nous prévoyons aussi de démarrer l’écriture de nouveaux morceaux cet été.

 Propos recueillis par Thorsten Wollek

Posted on by Thorsten in Interview

Repondre

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience d’utilisateur et vous offrir des contenus personnalisés.