Interview : Steve Hogarth (Marillion)

Steve Hogarth Marillion Interview

Interview de Steve Hogarth

Le groupe Marillion serait l’un des secrets les mieux gardés de la scène musicale British. Marillion fait carrière depuis déjà plusieurs décennies . Plus connu pour son style rock progressif dans les années 80, Marillion a su se réinventer après le départ du charismatique Fish avec le chanteur Steve Hogarth pour revenir à un style plus accessible. Leur nouvel album Sounds That Can’t Be Made fait des heureux parmi leurs fans, car il s’agit certainement de l’un de leurs meilleurs albums de ces dernières années. Steve Hogarth a accepté de nous recevoir à deux pas du Trianon où le groupe se produira les soirs suivants. Magnéto…

Rock’nConcert : Comment expliques-tu que Marillion soit encore capable de délivrer un album d’une telle qualité ?

Steve Hogarth : En fait, on a pris tout notre temps. On a commencé l’écriture début 2010. Et à vrai dire cela n’a pas été simple au début , la magie n’a pas opéré dans l’immédiat au sein du groupe. Du coup on s’est séparé quelques mois , nous n’étions tout simplement pas prêts à ce moment là. On s’est à nouveau réunis à l’automne 2010 pour jouer et improviser ensemble. Et là…

Rock’nConcert : … la magie a de nouveau opéré.

Steve Hogarth : Oui, mais c’est également grâce au contrôle de la qualité. La partie créative est assez réduite par apport au contrôle opéré sur la qualité. Il faut savoir que pour chaque seconde de musique sur l’album, nous avions plusieurs heures d’improvisations. Il y a une équité dans le groupe qui permet à chacun des membres de s’exprimer. Ainsi, si l’un de nous n’aime pas quelque chose, nous ne le gardons pas. Et c’est le cas en général (rires). Du coup c’est vraiment un miracle que nous arrivions à pondre des albums.

Rock’nConcert : Vous êtes déjà en pleine tournée pour le nouvel album. Comment se passe-t-elle pour l’instant ?

Steve Hogarth : Ca se passe vraiment très bien. Nous avons même été étonnés par les réactions du public dans certains endroits, notamment à New York. Il y a vraiment eu de belles surprises, notamment à Los Angeles et Mexico City. A Santiago, Chile on a eu pas moins de 4 000 fans excités. C était étonnant , car ce n’est pas comme si nous passions à la télévision ou à la radio là-bas.

Steve Hogarth Marillion Interview

Rock’nConcert : De quoi parle le morceau Montreal ?

Steve Hogarth : Il s’agit tout simplement d’un extrait du journal que je tiens. J’ai pour habitude de tenir un journal quand nous sommes en tournée. Il m’arrive même d’en citer des extraits entre les chansons à certains de nos concerts. Je retiens à peu près tout ce qui se passe quand nous sommes sur les routes. Donc tout ce que je raconte dans ce titre s’est réellement passé. C’est la première fois  que je me sers de mon journal pour écrire les paroles. C’est plutôt amusant.

Rock’nConcert : Dès la première écoute du titre Gaza qui ouvre l’album, on a l’impression d’une pierre angulaire dans la carrière de Marillion.

Steve Hogarth : D’après les membres du groupe il s’agit de l’un des titres les plus importants et puissants que nous n’ayons jamais écrit. Nous sommes fiers de commencer les concerts de cette tournée avec Gaza. Peu de groupes peuvent se permettre de démarrer leurs concerts avec une chansons qui dure 17 minutes.

Rock’nConcert : Gaza aborde le conflit entre Israéliens et Palestiniens autour de la bande de Gaza. Les critiques semblent inévitables sur le sujet.

Steve Hogarth : J’ai en effet reçu de nombreuses critiques. Mais ce qui est intéressant, c’est que les critiques émanent de territoires non concernés par ce conflit. D’après certains, il s’agirait d’un propos anti-israélien disant  que je tiens les israéliens pour responsables du conflit. Tout ce que je peux répondre, c’est qu’ils me le prouvent en me montrant ces passages dans les paroles.

Steve Hogarth Marillion Interview

Rock’nConcert : Justement, comment as-tu abordé le sujet tout en  gardant une certaine neutralité ?

Steve Hogarth : J’explique la situation du point de vue d’un enfant qui grandit à Gaza. J’ai passé de nombreux week-ends à rentrer en contact avec des personnes habitant Gaza via Skype afin rassembler des éléments objectifs. Je leur ai donc posé des questions sur les conditions de vie et  ce qu’ils pensaient des israéliens. J’ai ainsi pu me rendre compte que ces témoignages ne reflétaient pas ce que nous disaient les médias car à la différence de ce que l’on peut penser, ils ne haïssent pas les israéliens. Donc tout ce que je dit dans cette chanson est basé sur les témoignages recueillis. Les critiques sont inévitables car il existe trois points de vue différents sur le sujet : celui des occidentaux, celui des palestiniens et celui des israéliens. J’ai tenté de donner une version plus universelle sur le sujet.

Rock’nConcert : Gaza et Montreal sont les moments forts de cet album avec des durées qui dépassent les 15mn. Comment compose-t-on ce type de chansons ?

Steve Hogarth : Toutes les chansons naissent à partir d’improvisations. On se réunit tous les jours et jouons ensemble. On se laisse porter par la musique. Pendant ces improvisations, j’essaye de mettre des mots sur la musique. On enregistre tout cela pendant plusieurs semaines. Il va sans dire qu’il y a beaucoup de choses à jeter, ce qui est généralement le cas lors d’improvisations. Il faut trier et ne retenir que les bons moments. On récupère donc une compilation avec nos meilleures idées qui deviennent ensuite nos chansons.

Rock’nConcert : N’auriez vous pas envie de refaire un concept album, car il semble que ce sont les albums que préfèrent vos fans, notamment Marbles et Brave ?

Steve Hogarth : Les concepts de ces deux albums sont nés tout à fait par hasard. Nous n’avions pas prévu d’en faire des concepts albums. Le fil conducteur de ces albums est arrivé au fur et à mesure de l’écriture. Mais pour tout dire, j’ai un peu de mal avec ce genre d’albums dans la veine de War Of The Worlds de Jeff Wayne (rires). Mais quand un concept commence un surgir, nous le retenons.

Marillion Concert photos

Rock’nConcert : En allant sur votre site Internet, j’ai vu que vous proposiez gratuitement un best-of en format MP3 ou sur CD (http://marillion.com/music.htm). C’est assez unique comme cas. Pourquoi avoir fait cela ?

Steve Hogarth : Je pense que nous avons vraiment fait de la bonne musique ces dernières années. Malheureusement ces chansons n’ont pas eu la chance de passer à la radio ou à la Télévision. Et donc, il nous semblait logique de laisser une chance à nos morceaux préférés de se faire connaître,  sans faire payer pour autant.

Rock’nConcert : Justement, ne souffrez vous pas un peu du fait que vous n’ayez pas plus d’attention de la part des médias ?

Steve Hogarth : Si, on en souffre énormément (rires). Mais si les médias ne veulent pas passer notre musique sur leurs ondes, c’est ainsi. En même temps, nous avons des libertés créatives que d’autres groupes n’ont pas. Très peu de groupes peuvent se permettre ce que  nous faisons. Je ne voudrais certainement pas être à la place de Britney Spears (rires).

Rock’nConcert : Vous jouez au Trianon à Paris pour deux dates qui affichent complet. Attirez-vous plus de public qu’avant ?

Steve Hogarth : Nous avons appris que nous étions place 23 dans le classement des ventes d’albums en France. Il y a certainement plus d’intérêt pour notre musique. On vient d’enregistrer un set acoustique sur RTL2, ce qui ne s’est pas produit depuis bien longtemps. Ce soir nous passons en direct sur OuiFm.

Marillion Concert photos

Steve, nous te remercions pour cet entretien.

Propos recueillis par Thorsten Wollek – Photographe Carsten Wilde

 

Marillion sur Amazon :

Posted on by Thorsten in Interview, rock, rock/pop

Interview : Steve Hogarth (Marillion)

  1. Pingback: Rock progressif… le retour : Marillion – F.E.A.R. (Fuck Everyone And Run) | Lyonel Kaufmann blogue…

Repondre

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience d’utilisateur et vous offrir des contenus personnalisés.