Masterplan : un nouveau depart

DSC_9543

Interview Roland Grapow (Masterplan)

Ex-guitariste de Helloween en tant que remplaçant de Kai Hansen en 1988, Roland Grapow vient de sortir son 5ème album avec son projet fétiche Masterplan. Nous avons rencontré Roland Grapow très décontracté après une journée passée à répondre à des interviews dans un hôtel parisien. Très vite la discussion s’est portée vers Jørn Lande, dont Roland n’a visiblement pas digéré le départ. Novum Initium marque le retour de Masterplan avec un line-up qui, nous espérons, sera moins volatile.

Rock’N Concert : Masterplan en est déjà à son 5ème album. Quelle importance attribues-tu à ce projet ?

Roland Grapow : Masterplan est devenu mon projet principal. Malheureusement, j’ai été freiné par le départ de plusieurs musiciens qui ont préféré rejoindre d’autres groupes en reléguant Masterplan à la deuxième place. Je pense notamment à Jørn Lande, qui n’a pas plus de succès seul. Je pense qu’il n’a jamais réalisé le potentiel de Masterplan. Je suis certain qu’ensemble nous ne serions pas là où nous sommes aujourd’hui. On a perdu énormément de temps à recruter de nouveaux musiciens alors que nous avions bien démarré. J’ai une nouvelle équipe autour de moi dont je suis très fier. J’espère que le groupe va enfin se stabiliser.

R’N C : Quel était l’objectif de Masterplan à sa création ?

RG : Mon objectif était de créer un supergroup, sauf que je voulais que Masterplan soit un même groupe de personnes. Jorn était le principal chanteur du groupe au départ. C’est après un an qu’il a commencé à parler d’un album solo. Le pire c’est que c’est moi-même qui lui ai conseillé de rejoindre le groupe Ark en prétendant que ça lui plairait. Il fallait que nous évitions de sortir les albums de Masterplan, d’Ark et les albums solos de Jørn au même moment. Il s’est senti supérieur au groupe Masterplan. Ça ne servait à rien qu’il reste parmi nous. On formait une superbe équipe avec Jorn, Uli Kusch à la batterie et Jan S. Eckert à la basse avec qui je partageais les chœurs. Mais on n’abandonne pas !

R’N C : Quand Uli Kusch et Jorn ont annoncé leur départ, pensais-tu éventuellement mettre un terme à Masterplan ?

RG : Non, j’ai continué dans la foulée en enregistrant MKII pour faire référence aux changements de line-up au sein de Deep Purple. Ce deuxième album a eu pas mal de succès. Mais je n’étais pas satisfait du résultat sur scène. Mike DiMeo (chant) était trop craintif sur scène. Il était tout l’inverse de ce qu’un chanteur devait être sur scène. C’était un super chanteur, sauf qu’il n’animait pas le public. Je ne l’ai pas directement renvoyé car il a compris de lui-même. J’ai essayé de recruter Jørn une nouvelle fois, sauf qu’il s’est rapidement désintéressé.

R’N C : As-tu eu des échanges avec lui depuis ?

RG : Non, nous n’avons pas eu d’échanges depuis trois ans, mis à part au travers de sa femme. Il ne le fait pas par méchanceté, mais c’est dans sa nature.

R’N C : Revenons au présent. Vous avez une très belle nouvelle recrue avec Martin « Marthus » Skaroupka !

RG : On m’a parlé de lui à plusieurs reprises. Des musiciens m’ont dit qu’il était un super batteur et qu’il jouait dans un groupe connu du nom de Cradle Of Filth que je connaissais. J’ai regardé des extraits sur Youtube et suis resté bouche bée. On s’est rencontré après quelques échanges par mail. J’ai découvert que c’était un fan de rock mélodique et de metal. Il aime des groupes comme Helloween, Gamma Ray et Stratovarius. Je me suis dit que cela pourrait coller entre nous. Mike Terrana, notre batteur à ce moment-là, était d’accord pour laisser sa place car il est généralement occupé par ses propres projets.

DSC_9544

R’N C : Le titre de l’album est Novum Initium. Je suppose que c’est lié aux récents changements.  

RG : Cela fait évidemment référence au nouveau line-up.  L’idée vient des autres membres car je n’avais pas le temps de trouver un nom à cet album. On avait une sélection de quelques noms que nous avons envoyés à la maison de disques. Ils se sont décidés pour Novum Initium car cela faisait sens. J’ai beaucoup aimé.

R’N C : Comment places-tu Novum Initium au sein de la discographie de Masterplan ?

RG : C’est difficile à dire. Certains disent que c’est un mélange des deux premiers albums avec un peu de MKIII. C’est pas mal trouvé je pense. Dans tous les cas, cela sonne comme du Masterplan.

R’N C : J’aime faire le parallèle avec le projet Allen/Lande. Vos styles sont très proches je trouve.

RG : Peut-être au niveau du chant. Mais en ce qui concerne le son et le jeu de guitares, il y a des différences. Je connais le guitariste car il proposait de venir composer des titres pour Masterplan.

R’N C : La comparaison entre Masterplan et le projet de Jorn Allen/Lande te dérange t-il ?

RG : Même si les deux sont assez semblables, je vois quand même des différences dans la technicité du jeu de guitares. Leur guitariste Magnus Karlsson s’était proposé pour écrire des titres pour Masterplan. Mais je ne considère pas avoir besoin d’aide extérieure.

R’N C : J’ai remarqué qu’on avait besoin de moins d’écoutes pour un album de Allen/Lande pour saisir les mélodies des chansons.  

RG : C’est une bonne chose car je trouve leurs chansons un peu trop simplistes. J’ai écouté les deux premiers albums à l’époque et j’avais dit à Jørn que je n’aimais pas trop. Il l’avait mal pris. On tend vers le style metal alors que Allen/Lande tend plus vers le rock.

R’N C : Qu’en est-il des concerts ?

RG : On a commencé par quelques concerts. On a encore quelques dates de festivals cet été. Mais on ne jouera pas plus de deux nouveaux morceaux car l’album n’est pas encore paru. On concentre la setlist principalement sur les deux premiers albums. On prévoit une tournée de 18 dates en Europe et passeront par Paris (7 octobre au Divan du Monde). Mais le meilleur reste à venir, car on prévoit une tournée européenne avec Gamma Ray l’année prochaine.

R’N C : Qu’en est-il d’un album live ?

RG : C’est effectivement en cours de discussion. On a une idée pour un événement très spécial. On aimerait se produire en Slovaquie en invitant notre fan-club et la presse musicale pendant deux jours. Il me semble que Sting ai fait un événement de ce genre. Cela se passerait dans une petite église construite tout en bois que nous avions découvert avec Jorn. On voit actuellement si cela est réalisable financièrement. Nous sortirions un DVD live de cet événement.

R’N C : Roland, merci pour cette interview.

Photos et propos recueillis par Thorsten Wollek

Posted on by Thorsten in Interview

Repondre

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience d’utilisateur et vous offrir des contenus personnalisés.