Coup de coeur : Asylum Pyre

asylum pyre

Interview : Asylum Pyre

Rares sont les groupes débutants à nous surprendre autant. Dernier cas en date, le groupe français de metal Asylum Pyre, qui vient de sortir son deuxième album Fifty Years Later. Nous retrouvons trois membres du groupe au Hard-Rock Café à Paris pour parler de ce nouvel album, particulièrement bien reçu par la presse musicale.

Leur premier album Natural Instinct ? sort en 2009 en autoproduction mais ne fait que très peu de vagues. Depuis, Asylum Pyre a démarché les maisons de disques et trouvé refuge chez Massacre Records, un label allemand. Nous sommes contents que le label Massacre Records ait décelé du potentiel chez nous. Mais comme les labels ne s’engagent plus trop dans la durée, il ne s’agit là d’un contrat que pour album. Il s’agit d’une mise à l’épreuve au final, nous explique Chaos Heïdi (chant).  Asylum Pyre a également fait face à un brutal changement de line-up avec le départ du batteur ainsi que de la chanteuse Carole Alcantara. Très vite, le groupe tombe sous le charme de la jolie Chaos Heïdi, sélectionnée parmi une trentaine de chanteuses. Fifty Years Later sonne donc un nouveau départ pour Asylum Pyre.  Le groupe est à coup sûr prêt à faire parler de lui.

Dès la première écoute de (Fifty Years Later), il est évident qu’Asylum Pyre n’a rien à envier à ses acolytes étrangers, tant au niveau de la composition que de la production. Asylum Pyre (Le Groupe) a fait appel à Didier Chesneau du groupe Headline, qui s’est chargé de la production et du mixage. C’est une connaissance de notre ancienne chanteuse. On lui a fait écouter des démos qu’il a bien aimées, raconte Vince Kreyder, qui a commencé en tant que batteur de session avant de rejoindre le groupe comme un membre à part entière en 2011.

Aussi hard que mélodieux, grâce notamment à la voix de Chaos Heïdi, le style du groupe se défini comme étant du metal mélodique, voire symphonique. En écoutant Asylum Pyre, on remarque rapidement l’utilisation d’une variété de styles, que ce soit le metal ou le prog. Les histoires racontées dans les chansons ont des rebondissements et différentes ambiances. Alors pourquoi cela devrait-il être pareil musicalement de chanson en chanson, nous demande Johann Cadot, responsable de la composition des titres. La musique doit coller aux paroles avec des montées en intensité. Cela s’est fait assez naturellement. Un thème relie les deux albums d’Asylum Pyre, c’est l’écologie. La moitié des titres ont l’écologie pour thème sur Natural Instinct ? On a fait une suite sur cette même thématique sur Fifty Years Later, en imaginant l’évolution entre aujourd’hui et dans 50 ans. Mais il n’y a pas de lien évident entre les chansons, explique Johann Cadot.  

Mais qu’en est-il à l’international, notamment l’Allemagne, premier marché pour le metal dans le monde ? Il s’agit d’un marché vaste et donc complexe à appréhender. La critique a été plutôt favorable partout dans le monde. Mais cela ne suffit pas pour se lancer sur un marché, commente Johann Cadot, qui est à l’origine de la création d’Asylum Pyre. Massacre records ne s’occupe que de la promotion et de la commercialisation. Ils ne s’occupent pas des tournées. Ce n’est donc pas parce que nous sommes au sein d’un label allemand que cela va spécialement nous aider à faire des concerts, rajoute Chaos Heïdi.

La priorité d’Asylum Pyre consiste à défendre l’album en tournée. Asylum Pyre sera de retour à Paris le 4 mai prochain à la Scène Bastille, et aux côtés de WHYZDOM et Apparition(UK)! Une date à ne pas louper!

Photos et propos recueillis par Thorsten Wollek

Posted on by Thorsten in Interview, pop, rock, rock/pop

Coup de coeur : Asylum Pyre

  1. Pingback: Interview de Loïc Chalindar (Holy Cross)

Repondre