Arctic Monkeys : AM

0002

Après deux albums assez moyens, les Arctic Monkeys reprennent du poil de la bête avec un 5ème album intitulé AM. Celui-ci se tend à se rapprocher de l’excellence des What People Think I Am That’s What I’m Not et Favourite Worst Nightmare. Les Monkeys comme on les aime.

C’est une grosse rentrée musicale que ce mois de septembre 2013. Franz Ferdinand, Babyshambles, Arctic Monkeys et Placebo… les groupes rock indie les plus hipes des années 2000/2010 sortent tous du matos de qualité en ce début d’année scolaire. A l’instar du dernier Franz Ferdinand, les Arctic Monkeys sont redevenus cette belle machine, folle et puissante, grâce à ce 5ème album AM. Une machine bien mieux huilée, ayant subi une petite révision et désormais fin prête à tout écraser sur son passage.

La bande à Alex Turner avait été bien astucieuse de lâcher une bombe en février 2012. Le single Are U Mine, qui ne devait à la base sortir qu’en simple single, signait le retour sur le devant de la scène des Monkeys. On retrouvait le son des ptits gars de Sheffield qui nous a tant secoué en 2006-2007.

Simplicité, intensité, efficacité, ce titre lançait la rumeur d’un album à paraître, mais c’est lorsque le morceau Do I Wanna Know sortait le 19 juin dernier, suivi de très près par un autre morceau, Why’d You Only Call Me When You’re High, qu’on se disait que le nouvel album AM allait tomber très prochainement et tout arracher !

Et on ne s’y est pas trompé : en plus des titres dévoilés qui nous ont totalement replongés dans l’univers des Arctic Monkeys, on découvre à la fois des titres très indie rock (Arabella, I Want It All, Knee Socks et leurs riffs/solos de guitare énervés) mais aussi le genre de morceaux romantico mielleux (N°1 Party Anthem et I Wanna Be Yours, slows délicieux) auquel la voix de Turner se prête parfaitement.

On ne s’y trompe pas : Alex Turner est un songwriter de grand talent, son envie de surprendre et de se renouveler reste intacte. Son nouveau look n’est pas le seul ingrédient de ce renouveau. La violence des guitares, le beat appuyé, des textes toujours soignés et une nouvelle façon d’enregistrer l’album ont contribué à retrouver les vraie couleurs de ce groupe phare du label Domino Records que l’on craignait de ne plus jamais retrouver.

Posted on by Thorsten in Album de la semaine, rock

2 Reponses pour Arctic Monkeys : AM

  1. Pingback: King Krule au Trabendo : si jeune et si doué

  2. Pingback: Arctic Monkeys au Zénith : toujours plus puissants !

Repondre

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience d’utilisateur et vous offrir des contenus personnalisés.